Vous êtes ici » fr » Actualités » La chirurgie esthétique : entre corps idéal et mensurations

La chirurgie esthétique : entre corps idéal et mensurations

Selon Madame, le corps masculin parfait emprunterait à Brad Pitt, Hugh Jackman ou David Beckham, tandis que Monsieur ne serait pas insensible aux atouts de Scarlett Johansson, Kim Kardashian ou Megan Fox… Si la vision du corps idéal et l’appréciation des mensurations parfaites ont évolué au fil des siècles et selon la culture des peuples, des études scientifiques sont parvenues à déterminer les canons universels de la beauté suprême. Comment la chirurgie esthétique permet-elle aujourd’hui de se rapprocher des modèles archétypaux pour afficher la silhouette de ses rêves ?

Un corps idéal et des mensurations parfaites : un peu d’Histoire…

Depuis la nuit des temps ou presque, à des années-lumière de notre époque marquée par les tendances provenant de la mode, des médias ou des réseaux sociaux, voire des dernières avancées en matière de chirurgie esthétique, les critères de beauté, de corps idéal et de mensurations parfaites ont varié selon les territoires et les cultures cohabitent sur la planète.

De Vitruve et des Grecs à Léonard De Vinci : avènement des canons de la beauté actuelle

Une perception de la beauté « rationnelle »

Au 15e siècle, pourtant, les travaux réalisés par Léonard de Vinci ont permis d’établir une perception de la beauté que l’on pourrait qualifier de rationnelle. S’inspirant des travaux de Vitruve, architecte romain ayant vécu au premier siècle avant J.-C., le savant italien a effectué, au cours des années 1480, de nombreuses recherches artistiques visant à déterminer le corps idéal et les mensurations parfaites des êtres humains !

L’harmonie, l’équilibre et la symétrie des proportions et des formes

S’appuyant sur des notions empruntant à l’anatomie et à la physionomie, ainsi qu’à d’autres travaux remontant à la Grèce Antique – pour les Grecs, ce sont l’harmonie, l’équilibre et la symétrie des proportions et des formes qui produisent le sentiment de beauté d’un corps ou d’un visage – il est parvenu à la conclusion que le corps humain archétypal doit pouvoir s’inscrire dans les figures géométriques parfaites du cercle et du carré.

Les mensurations parfaites à l’époque contemporaine

Une beauté de tous les diables !

Alors qu’au Moyen-Âge central (11e au 13e siècle), la beauté était vécue comme perfide et synonyme de tromperie et de vice (certaines femmes étaient considérées comme des démons), ce rapport s’est subitement inversé avec l’association du beau et du bon. Cette conception a-t-elle influencé les travaux de De Vinci ? Difficile d’y répondre ! Par contre, grâce à l’accomplissement de mesures précises, il est parvenu à la création d’un dessin (celui-là même qui illustre cet article) qui fait aujourd’hui encore autorité concernant le corps idéal et les mensuration parfaites. En voici les principales :

  • la distance qui va de la tête au nombril, divisée par la distance du nombril jusqu’à la base des pieds, doit être égale à 0,618. En résumé, la partie inférieure du corps, la plus grande, est égale à environ 62% de sa longueur totale ; et la partie supérieure du corps, la plus petite, doit être égale à 62% de la plus grande.
  • au niveau du visage, Léonard de Vinci dessine 3 étages : du sommet du front aux sourcils, des sourcils à la base du nez, et du nez à la base du menton. Ils doivent être égaux et donc représenter 1/3 de la grandeur totale du visage !
  • la largeur du nez à hauteur des narines doit être la même que la distance séparant les deux yeux. Celle-ci doit en outre être équivalente à la largeur d’un œil.
  • chez la femme, les mensurations idéales seraient les suivantes : 95-80-105 (poitrine, taille, hanches). Le tour de taille est inférieur d’environ un tiers au tour de hanches.

On vous laisse faire les mesures chez vous !

Le corps idéal et les mensurations parfaites aujourd’hui : une vision très éloignée des standards africains ou chinois ancestraux !

L’époque contemporaine a bien changé la perception du corps idéal et des mensurations parfaites puisque, bien avant les travaux empiriques de Léonard de Vinci, certains modèles de beauté étaient élaborés en fonction de faits historiques ou de coutumes parfois étonnantes.

Ainsi, en Ethiopie (cette conception de la beauté est encore présente dans certaines tribus), les femmes se perçaient les lèvres inférieure et supérieure de la bouche afin de pouvoir y introduire un morceau de bois. Les femmes à plateau ont longtemps été considérées comme les plus belles du pays, comme les femmes au long cou en Birmanie, d’ailleurs ! Celles-ci avaient pour habitude d’étirer la longueur de leur cou avec des anneaux, jusqu’à plus de 30 cm. Elles étaient surnommées « femmes girafes ».

Autre exemple en Asie, et plus précisément en Chine, avec la tradition des petits pieds, synonyme de beauté absolue et même considérée comme zone érotique suprême. La pratique reposait sur le bandage des pieds, de plus en plus serré, afin que ceux-ci ne grandissent pas. Elle est longtemps restée dans les mœurs, n’ayant été abolie qu’en 1912. Cette façon de considérer la beauté de la femme est à mettre au crédit et à l’envie un peu folle d’un empereur qui souhaitait voir ses concubines tenir debout… sur une fleur de lotus, ou du moins leur conférer une démarche d’hirondelle !

L’ère de la chirurgie esthétique ?

De nos jours, dans les sociétés occidentales, ce sont d’autres normes esthétiques qui sont valorisées, avec pêle-mêle, la minceur, le bronzage, la jeunesse, la peau lisse et douce, etc.

Une autre époque, et surtout une conception très différente du corps idéal et des mensurations parfaites ! Ah, le poids des apparences ! Heureusement, les avancées de la science et de la chirurgie esthétique permettent aisément de redessiner une silhouette !

Les techniques de chirurgie esthétique pour améliorer la silhouette

La chirurgie esthétique au service du corps idéal

La chirurgie esthétique rééquilibrante de la silhouette regroupe divers protocoles ambulatoires, le plus souvent réalisés sans anesthésie générale. Ils permettent par exemple de perdre une ou plusieurs taille(s), de retrouver du volume perdu, de galber des zones affaissées ou plates, ou bien encore de supprimer des amas graisseux. Les interventions sont classées en trois grandes familles : la liposuccion douce, la liposculpture et le lipofilling. Les avancées de ces techniques autorisent une prise en charge de la silhouette dans son ensemble. En cas d’excès cutané, le chirurgien esthétique peut proposer un lifting, c’est à dire un redrapage de la peau sur la zone concernée.

Zoom sur les interventions

La liposuccion douce

Conçue pour résorber une accumulation adipeuse ponctuelle ou localisée, la liposuccion ne requiert ni hospitalisation de nuit, ni anesthésie générale. Sur les zones concernées, le chirurgien aspire la graisse au moyen de canules ultra fines. Si les résultats sont visibles immédiatement, il faudra quand-même attendre quelques semaines pour apprécier l’amincissement général, le temps à la peau de reprendre sa place.

En savoir plus sur la liposuccion douce

Le lipofilling

Consistant à réinjecter au patient sa propre graisse prélevée lors d’une liposuccion douce, le lipofilling cible des zones précises : par exemple pour une augmentation mammaire, pour obtenir des fessiers dans l’air du temps, ou pour augmenter le volume d’autres parties du corps.

En savoir plus sur le lipofilling

La liposculpture

La liposculpture est en quelque sorte le mariage de la liposuccion et du lipofilling, dans le cadre d’une prise en charge de l’ensemble de la silhouette. Elle correspond à une intervention de plus grande envergure, comme pour sculpter le corps. Ce type de chirurgie esthétique se pratique sous anesthésie générale, en ambulatoire. Le temps de l’anesthésie dépend de la volonté de remodelage souhaitée par la ou le patient(e). Il ne dépasse en règle générale jamais les 3 heures.

En savoir plus sur la liposculpture

Entre rêve et réalité… les limites !

Malheureusement, tout le monde ne peut prétendre au corps idéal, aux mensurations parfaites. La raison ? Chaque personne est différente. Au cours de la première consultation, le chirurgien vous informera sur ce qui est envisageable ou non, selon votre morphologie de départ, la qualité de votre peau, la disponibilité de graisse en vue d’un lipofilling efficace, votre état de santé général, etc. Bien qu’il s’agisse avant tout de réaliser votre rêve de corps idéal, le plus important est de prendre en compte une appréciation générale du corps, de définir une approche basique en termes d’équilibre de la silhouette, par exemple en respectant les proportions entre la taille et la largeur des hanches ou des épaules.

Pour prendre un RDV avec le Dr L. Halimi, chirurgien esthétique à Paris

Pour programmer une intervention de chirurgie esthétique, pour des informations ou pour un avis, le Dr Halimi reçoit à son cabinet : 6 place de la Madeleine - 75008 Paris.

Pour prendre un rendez-vous, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Demandez un rendez-vous directement par téléphone : 01.40.17.01.01
  • Demandez un rendez-vous par mail : contact @ dr-laurenthalimi.com

Actualités

Des techniques de lifting du visage aux injections d’acide hyaluronique en passant par la rhinoplastie et le lipofilling, retrouvez toute l’actualité de la chirurgie esthétique et du Dr Laurent HALIMI.

Toutes nos actualités

Le Skin Booster, effet coup d’éclat

Découvrez l’incroyable coup d’éclat apporté par le Skin Booster, traitement à base d’injections d’acide hyaluronique harmonieusement diffusé sous l’épiderme du visage.

Découvrir le Skin Booster

Dr Laurent HALIMI, chirurgien esthétique à Paris

Formé à Paris, New York et Rio de Janeiro, le Dr Halimi se consacre exclusivement à la chirurgie plastique reconstructrice et esthétique depuis 1984 et opère dans les cliniques les plus prestigieuses.

En savoir plus sur le Dr Halimi